Qu’est-ce que le maltage pour un whisky ?

Il s’agit d’une des étapes essentielles pour faire un bon whisky.

On nettoie l’orge de ses impuretés : pour ceci, on le laisse tremper deux à trois jours dans d’énormes cuves d’eau.

Distillerie Whisky

photo Biblioteca fdctsevilla

Ensuite, pour lui permettre de germer, on l’étale sur une surface lisse entre 8 et 12 semaines (en fonction du degré de fermentation souhaité), puis on l’assèche dans un four.

C’est de cette étape d’assèchement et des conditions dans lesquelles il est réalisé, que naissent le goût et la qualité d’un whisky.

Dans les premières distilleries écossaises, on retrouvait des feux nourris à la tourbe (sorte de mousses en décomposition) et nous en rencontrons encore aujourd’hui. A chacun sa “recette” pour donner un goût spécifique à son whisky.

Le malt est donc l’orge nettoyé et séché. Ce dernier est ensuite moulu sous forme de farine, pour donner le Grist.

Pour finir le processus et transformer l’amidon en sucres, le malt est brassé : le grist est versé dans l’eau chaude. On obtient ainsi une pâte, que l’on doit remuer constamment, et que l’on appelle le worst (quand on y pense, rien de très glorieux quand on sait que worst signifie “le pire”).

Le worst est refroidi, mis dans de grands récipients, auxquels on ajoute de la levure pour la fermentation.

Dit comme ceci, ce process est fastidieux mais c’est à ce prix que se distille un bon whisky.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *